Cinéma en vrac #1 : TDKR, The Dictator, Blanche Neige et le Chasseur

Première chronique de cinéma en vrac : cette fois-ci Blanche Neige prend cher, The Dictator nous rend hilare et TDKR se place entre Begins et TDK.

The Dictator

 

Voila le film qu’il me fallait ! Je suis déjà complètement fan de Sacha Baron Cohen depuis bien longtemps avec son The Dictatorfameux Ali G (et sa bande son de fou). On revient aux bases avec un vrai film et non un faux reportage comme pour Borat.

Avant même le film, le Dictator avait envahit le web de vidéos buzz parfaitement maitrisées comme lors de l’élection présidentielle française où au moment crucial de la révélation, le Dictator a posté un message au nouveau président. Il a aussi été non-invité aux Oscars, les organisateurs ont eu peur du bordel qui aurait pu engendrer. Pas content, il a de suite menacé les organisateurs (humour) qui ont pliés face au buzz montant. Monsieur en a une grosse pair dans le pantalon sans que cela soit pris au sérieux, on appelle ça la maitrise. Même au festival de Cannes, on a pu apercevoir le Dictator sur un yatch où une scène se passait : il bronze, une fille lui passe de la crème, la fille rit à cause de sa faible anatomie, elle rentre dans le bateau et ensuite un sac mortuaire est jeté à l’eau.

Pour revenir au film, il est tout simplement excellent. Je rie rarement sans me retenir au cinéma mais là c’était mission impossible. Le film est tellement plein d’idées (refaire la BO du film en arabe c’était fabuleux) et rempli de répliques cultes que l’on n’a pas le droit de passer à côté. Bien sûr il faut y aller avec le cerveau posé à côté. Je me demande dans quel sens les états-uniens ont pris le film surtout après la séquence de l’hélicoptère qui restera surement une grande scène de film comique (rien que d’y penser je rigole comme un débile). Il y a tellement de références que je suis sûr d’être passé à côté de certaines blagues très subtiles.

Anna Faris, vu dans les Scary Movie et dernièrement dans Frequently Asked Questions About Time Travel, ajoute un complément féminin comique. C’est une des seules femmes comiques américaines qui me fait toujours rire. Ici pas d’exception, elle s’entend très bien avec le Dictator et son personnage est dégueulasse au possible.

Regardez ce film plein de blagues vaseuses (sans jamais être totalement vulgaire), c’est un bon coup de cœur, j’ai hâte de le revoir.

 

ALADEEN MOTHER FUCKER ! 

 

Blanche Neige et le Chasseur

Mais quel film de merde !

J’ai rarement dormi aussi vite au cinéma. Cette fois-ci j’ai dormi confortablement dès le départ lors de son évasion du château. Je me demande comment Thor a pu accepter cette connerie sans nom. C’est dingue d’arriver à sortir une énormité comme ça : c’est moche, c’est débile, jamais vu un prince charmant aussi moche, Charlize Theron fait pitié au lieu de faire peur, les nains ne sont même pas drôles (c’est pourtant ce que j’attendais le plus), et la non crédibilité de l’histoire nous procure un sentiment d’arnaque.

Le pire bien sur reste Kristen Stewart en mode super cruche. Blanche Neige c’est quand même quelqu’un de vivant au départ non ? Ici c’est un zombie sans cerveau, sans intelligence et  sans charisme. Son monologue de fin est le monologue le plus risible de toute l’histoire du cinéma. Le pire c’est que tu te demandes pourquoi le réalisateur a voulu d’elle pour incarner une Snow White mais la réponse est conne comme la lune : il voulait juste se la taper…

C’est bien triste comme explication mais les actualités récentes nous donnent raison. Robert on pense à toi !

Bref, un ennui permanent et une arnaque exemplaire : 1 kebab avec une canette de perdu, rien que pour ça je suis triste.

kristenstewart 

 

Begins > TDKR > TDK

 

Je suis enfin allé voir le film le plus attendu de 2012 ! Le véritable défi fut de ne pas tomber sur des spoils pendant 3 Batman catbatsemaines. D’ailleurs je ne sais pas comment j’ai pu y arriver (en même temps Marion Cotillard herself avait spoilé la fin du film dans une interview). Je n’ai donc pas eu besoin de quelconque menace de mort (ou de menace de unfollow comme j’ai pu voir, ça calme autant les gens qu’une menace de brûler la famille, le chien et le hamster…).

Pour me remettre dans l’ambiance j’ai décidé de regarder en blu ray les deux premiers opus avec mon système home-« comme au cinéma ». C’était la bonne chose à faire car le premier je me rappelais que très peu de chose et pourtant il fallait bien le suivre pour comprendre le 3ème.  Micro critique des deux premiers :

 

  • Batman Begins est le meilleur des trois. On apprend les origines du Batman, pourquoi les chauve souris, pourquoi c’est un ninja, et on a surtout les meilleurs vannes d’Alfred. Car oui Alfred est un personnage central qui aide beaucoup à supporter ces longues heures. Par contre Katie Holmes ne fait pas le poids face à Maggie Gyllenhaal, moins de charme, moins de pertinence. Le film pose parfaitement les bases puis se découpe facilement. Le rôle du Méchant Raz Al Gul est porté par le gigantesque Liam Neeson (Taken 2 arrive les gens WOUHOU !). Les confrontations entre les deux bêtes de scènes sont bien meilleures que celles dans les deux suivants. Il y a de la tension et on sent un concours pas seulement construis sur des échanges musclés. Seule ombre au tableau : l’épouvantail mal traité et loin de faire réellement peur. Une très bonne entrée en matière.

 

  • Je n’ai jamais compris la hype autour de The Dark Night. Est-ce à cause de la mort prématurée d'Heath Ledger ou parce que l’ennemie numéro 1 était le mythique Joker ? Je ne l’ai pas trouvé si "génial-exceptionnel-excellent" ce Batman encore moins au deuxième visionnage. L’histoire d’amour déçoit, le Joker n’est pas si méchant gratuitement (il ne tue que des gangsters et Rachel) alors que dans les comics il est bien plus tranchant. Il y avait trop de suspense à tiroir : il a fait ça pour ça mais en fait non il voulait être pris pour faire ça et en fait non c’était pour ça au final… A la fin, on ne comprend plus rien. Le personnage de Harvey Dent est joué de façon admirable voir il aurait mérité un plus beau support que le Joker.  Au final dans ce TDK on oublie un peu trop le Batman parce qu’il ne fait pas grand-chose. Bien sûr la réalisation était superbe, bien sûr Gordon est le meilleur personnage de toute la trilogie et bien sûr que la scène de course poursuite était géniale mais non pour moi c’est le moins réussi dans son ensemble.

 

Ca y est je vais enfin vous parler du dernier : The Dark Knight Rises. Christopher Nolan est un de mes réalisateurs préférés. Sa filmographie est presque parfaite (Insomnia est pour moi un énorme raté). Il aime jouer avec les à peu près et la réflexion du téléspectateur. Il y a toujours une part non expliquée des mystères. J’en parlerai plus loin.

Je commence donc mon avis avec la fameuse Catwoman (qui n’est jamais appelé ainsi, détail important ?) qui pour moi était le gros point bancale. Quand j’ai vu Anne Hathaway de prévu j’ai vraiment eu peur : trop fade, trop gentille, un peu trop « marrante ». Le film commence et je me prends direct un doigt dans l’œil, son personnage est parfait. On n’attend pas trois plombes avant sa première apparition ni son premier méfait. Et tout le long du film son personnage ne se la raconte pas, on ressent l’intelligence dans son regard, et elle n’est pas invincible. J’ai particulièrement aimé qu’elle ne devienne pas l’associée complémentaire du Batman, elle l’aide mais sans plus voir pire (même si au final elle finit avec lui). Merci Nolan de ne pas avoir gâché ce personnage et de ne pas t’y être trop attardé.

 Batman cast

 

Bizarrement à partir de maintenant je ne vais pas forcément être le meilleur ami de TDKR. J’enchaine sur des petits/gros détails gênants :

  • Tout d’abord Alfred est touchant mais il l’est vraiment trop. Alfred c’est le mec qui pourri le Batman, c’est le mec utile à la réflexion mais l’erreur ici c’est de le voir disparaître trop tôt. Pas d’Alfred = pas de direction à prendre = bordel.
  • Le deuxième c’est de voir Fox le mec le plus intelligent de Gotham être bizuté comme ça. Des guignols trouvent le moyen de passer par en dessous. Alors que lui-même a construit un bâtiment sous l’eau. Momo tu me déçois.
  • La facilité affligeante de passer d’un outil qui sauverait la Terre entier à une arme nucléaire impossible à désarmer.
  • Même sans connaître l’identité de l’enfant de Raz, la logique de l’histoire permettait de connaître l’identité du sauveur dans la prison donc le côté REVELATION QUI TUE ne fonctionne pas vraiment, Nolan est capable de beaucoup mieux.
  • Choisir une fille qui jouait dans Taxi c’est garantir l’échec d’un personnage important. Sans déconner Marion Cotillard qui joue dans un Batman ? Limite c’est du foutage de gueule. Elle a été tellement risible qu’un tumblr de sa mort a été créé, dire si c’est pitoyable et mal interprétée.
  • Bane le super méchant avec le masque et tout plein de muscles qui est en fait une grosse fillette qui pleure, c’était limite du cliché ambulant. Le monsieur est un pantin pour une femme qu’il aime. En plus, il a une fin des plus douteuses, il prend une rocket, il vole et hop c’est fini on ne le revoit plus.
  • L’attaque de l’avion bien que sympathique est totalement invraisemblable.

 

A part tout ça (mais ça fait beaucoup quand même), j’ai apprécié ce film. La quarantaine de Gotham se rapprochait d’unbataman casque Metal Gear Solid avec Gordon en Solid Snake, c’était fun. La scène du stade du début de l’hymne à la sortie de Bane est démentielle, rarement vu une scène aussi forte ET maitrisée de bout en bout (image, son tout est du travail de pro). Les guests sont géniaux (LittleFinger de GoT, Teal’C de Stargate, Quinn de Dexter et bien d’autres) même s’ils n’apparaissent que quelques secondes/minutes.

Je finis sur deux éléments où Nolan se démarque complètement des autres réalisateurs/scénaristes. Il maîtrise parfaitement sa trilogie. Il avait déjà prévu ce 3ème opus dès le premier. Lorsque l’on revoit les dialogues du premier, on le comprend direct. C’est digne d’un grand Monsieur. 

La fin quoi que presque trop facile et prévisible me semble totalement juste pour ce héros de l’ombre. J’ai aimé que tous les personnages sachent que Bruce n’était pas mort et j’ai d’autant plus aimé que The Batman nous l’avait « clairement » précisé lorsque Fox lui demande si l’autopilot fonctionne : à ce moment là il hésite à donner une réponse, on le sent mais on ne comprend pas. C’est à ce moment présent que l’on reconnaît la patte Nolan.

Le deuxième point ambigu c’est le personnage de Blake. Déjà j’adooooooooore Joseph Gordon-Levitt donc ce n’était pas trop dur de me concilier avec ce personnage. Je n’ai pas trop compris pourquoiil avait deviné direct qui était l’homme chauve souris mais passons. A la fin on découvre qu’il est le Robin grâce à une mignonne subtilité. Il découvre ensuite la Batcave. Là où les gens peuvent se tarauder l’esprit c’est précisément sur cette fin : il est dit qu’il doit devenir le nouveau Batman. Gordon reçoit même un nouveau projecteur avec un Batsignal. Rien ne dit qu’il va devenir Robin. Batman est un symbole, et il est dit que ce symbole doit perdurer. Donc de mon avis personnel Blake ne deviendra jamais Robin, il sera le Batman 2.0. jusqu’au prochain. C’est un peu comme Link, il n’y en a pas qu’un seul, c’est une lignée. J’aime à penser ça car on ne détruit pas un héritage, il perdure.

Tout est bien qui finit bien.                                                                                 

 

 Batman nanana


comments powered by Disqus
Publié le Mardi 21 Août 2012 à 17:45